Les régimes de retraite de base

 

Découvrez avec nous la création du système de retraite français ... Le système de retraite français a fait son apparition en 1945 et n’a cessé d’évoluer avec les années. Auparavant, seuls les fonctionnaires et les salariés de grandes entreprises étaient couverts. Un régime général a donc été créé dans le but de couvrir l’ensemble des salariés du privé, mais également de rassembler tous les régimes. Cependant, chaque régime (fonctionnaires, indépendants, spéciaux) a finalement gardé son autonomie. Les pensions reversées ne suffisaient toutefois pas, c’est pourquoi des régimes complémentaires se sont mis en place à partir de 1947. Adressés à la base à quelques secteurs, ils deviennent peu à peu obligatoires jusqu’à tous se greffer aux régimes de base.

Les différentes retraites de base

La retraite de base dispose donc de deux composantes : la retraite de base et la retraite complémentaire. Aujourd’hui, nous pouvons compter plus d’une trentaine de régimes. On distingue alors :

Le régime général

Plus vieux système établi et comprenant les deux systèmes de retraite, le régime général est maintenant utilisé par plus de 70% de la population active. La CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse) gère dans un premier temps le régime de base, tandis que le régime complémentaire est géré l’ARRCO, l’ARGIC ou l’IRCANTEC suivant le statut de l’actif.

Les régimes de la fonction publique

Adressés aux hôpitaux, collectivités locales, et agents de l’État, les régimes de la fonction publique concernent un peu de moins de 20 % des actifs. L’avantage de ce type de régime est qu’il suffit d’avoir travaillé une fois dans sa vie dans la fonction publique pour pouvoir cotiser à une complémentaire retraite dédiée aux fonctionnaires de type Préfon ou autre.

Les régimes des non-salariés

Comme le régime général, les régimes des non-salariés proposent les deux régimes (de base et complémentaire) et environ 10% de la population y cotise. Vous en avez sûrement entendu parlé, il s’agit du RSI (Régime Social des Indépendants), de la CNAVPL (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse des Professions Libérales) et de la MSA (Mutualité Sociale Agricole) qui s’adressent aux artisans, commerçants, professions libérales, exploitants agricoles, etc.

Les régimes spéciaux

Enfin, 2% de la population cotisent à des régimes que l’on appelle spéciaux étant donné qu’ils réunissent certaines professions spécifiques (les transports, les marins, les mineurs, etc.)

Retraite de base et retraite complémentaire : des modes de calcul différents

Lorsque vous travaillez, vous cotisez auprès d’une caisse de retraite de base mais aussi auprès d’une caisse de retraite complémentaire. Puis quand est venu l’heure du départ à la retraite, ces deux caisses vous reversent une pension. Cependant, savez-vous comment celles-ci sont calculées ?
Dans un premier temps, la retraite de base est calculée en fonction de deux choses :

  • le montant du salaire, qui sert alors de base de cotisation
  • le nombre de trimestres validés.

La retraite complémentaire quant à elle fonctionne généralement par points, c’est à dire que les cotisations versées lorsque vous travaillez sont converties en points de retraite. Le montant lors du départ à la retraite est donc obtenu en multipliant le nombre de points accumulés au cours de la carrière par la valeur du point, déterminée par la caisse de retraite complémentaire. Comme nous avons pu le voir, le système de retraite français est contributif, c’est à dire que le travailleur touche une pension qui est proportionnelle aux cotisations qu’ils ont versées tout au long de leur vie. Cependant, il a également été mis en place des dispositifs afin que les personnes comme les salariés en arrêt maladie, les parents en congé maladie ou encore les chômeurs puissent toucher une retraite. De plus, depuis 1956, ce que l’on appelle un minimum vieillesse permet aux personnes âgées de 65 ans ou plus de percevoir une allocation.

Le saviez-vous ? Chiffres-clé des régimes de retraite de basemascot_01_v01

  • Les Français cotisent au moins à deux caisses. Pourquoi ? Parce qu'ils cotisent notamment pour le régime de base et le régime complémenaire (en moyenne 2,3 caisses). En cas de changement de profession, il est possible qu'ils soient automatiquement obligés de changer de régime.
  • 9 sur 10 Français cotisent au régime général au cours de leur vie.
  • Les salariés agricoles appratiennent au régime général en ce qui concerne leur retraite. La caisse du régime de base n'est cependant pas la CNAV mais la MSA, Mutualité sociale agricole
  • 71 % des activs cotisent pour le régime général.
  • 17 % des activs sont couverts par les régimes de la fonction publique.
  • 10 % des activs sont affiliés aux régimes des non-salariés (RSI, CNAVPL, MSA)
  • À peine 2% des activs cotisent pour des régimes spéciaux.