L’incontinence urinaire des séniors

 

Aujourd’hui, l’incontinence reste un sujet tabou, car les personnes atteintes n’osent pas en parler, sûrement de peur d’être jugées. Elles demeurent ainsi mal informées, comme bon nombre de la population aujourd’hui. C’est pourquoi nous avons aujourd’hui décidé de lever le voile sur cet ennui qui touche bien plus de personnes que nous le pensons. À ce jour, près de 4 millions de personnes sont touchées par l’incontinence.

L’incontinence, qu’est-ce que c’est ?

L'incontinence se traduit par une incapacité de se retenir d’aller aux toilettes, qui donne ce que l’on appelle des « fuites urinaires ». Légères, moyennes, ou lourdes, il existe différents types d’incontinence. Elles peuvent toucher aussi bien les femmes, que les hommes, et bien évidemment les personnes âgées.

Nous pouvons ainsi relever que deux femmes sur trois et un homme sur dix sont concernés par un problème d’incontinence. Celles-ci demeurant bien plus vulnérables que ces messieurs, il existe différentes causes pouvant expliquer les fuites urinaires : sport, tabagisme, surpoids… Evidemment, l’âge représente également un facteur susceptible de déclencher l’incontinence.

Les fuites urinaires occasionnelles, ou fuites urinaires d’effort, constituent le problème le moins grave dans l’incontinence. Faibles et peu fréquentes, elles apparaissent le plus souvent lors d’une activité sportive, de rire, toux, ou encore d’éternuement.

Les différentes formes d’incontinence expliquées ci-dessus peuvent s’appliquer aussi bien aux femmes qu’aux hommes. Cependant, il en existe certaines s’appliquant à chaque sexe.
En ce qui concerne les femmes, l’accouchement joue un rôle non négligeable dans le problème d’incontinence. En effet, pendant la grossesse, le corps se modifie et se distend, notamment au niveau de la vessie. C’est pourquoi de nombreuses femmes se retrouvent face à des fuites urinaires plus ou moins importantes suite à un accouchement.

L’homme étant moins prédisposé que la femme, ces problèmes peuvent apparaître suite à une intervention chirurgicale, notamment lors de troubles de la prostate. On assiste alors à ce que l’on appelle une incontinence par regorgement, en d’autres mots une quantité d’urine en excès dans la vessie qui l’élimine en goutte à goutte.

Également, nous observons différents types d’incontinence demeurant plus graves :

  • L’incontinence par impériosité se révèle suite à une hyperactivité de la vessie. Cette dernière est alors victime de spasmes qui implique une perte d’urine plus ou moins importante.
  • L’incontinence neurogène est quant à elle liée à des troubles neurologiques, soit dus à un accident ou tout simplement à cause d’une malformation.
  • L’incontinence mixte se traduit enfin par une perte d’urine incontrôlée, à la fois liée à l’effort mais surtout à l’instabilité de la vessie.

L’incontinence des personnes âgées

Bien que l’incontinence puisse atteindre toute sorte de personnes, jeune ou âgée, homme ou femme, les séniors en souffrent le plus. Du à la perte de tonus du bassin, des muscles et des sphincters responsables du contrôle de l’urine et des selles ou à une hyperactivité vésicale, les personnes âgées perdent la sensation du besoin d’uriner. La vessie perd de son elasticité, les besoins d’urines sont plus fréquentes mais se font sentir trop tard. La dépendance voire démence représente l’une des causes principales de l’incontinence.

Un autre motif majeur de l’incontinence peut être un accident vasculaire cérébral, une chute ou une diminution de l’activité physique.

Un tiers des personnes de plus de 75 ans sont touchées par le problème de l’incontinence urinaire, dont 30 % des séniors vivant à domicile et 50 % des personnes âgées en établissement médicalisé.

Les personnes âgées représentent également une bonne partie des personnes touchées par un problème d’incontinence, et ce pour deux raisons :

  • l’incontinence transitoire : suite à un accident, comme une chute par exemple, il se peut que des fuites urinaires plus ou moins importantes se déclenchent.
  • l’incontinence chronique : ici, le problème se déclenchent à cause d’une maladie. Ainsi, les troubles mentaux ou physiques agissent fortement sur le problème d’incontinence.

Enfin, il existe un autre type de problème dont on ne parle pas souvent et qui détient pourtant une place importante : l’incontinence anale. Constituée ici de gaz, de selles liquides voire même de selles solides, celle-ci ne touchent pas que les personnes âgées, contrairement à ce que l’on pourrait penser. En effet, 11% des adultes sont aujourd’hui concernées, avec 13% de femmes contre 9% d’hommes. L’incontinence fécale touche 30 à 50 % des personnes âgées en établissement médicalisé.

Les solutions à l‘incontinence

L’incontinence peut être guérie ou du moins réduite. Dans un premier temps, il est primordial d’aller consulter son médecin traitant ou un urologue. Ces derniers seront ainsi capables de diagnostiquer le problème et sa gravité, afin de vous proposer un traitement adapté. Il est également possible de faire de la rééducation périnéale, ou encore de la chirurgie. Méthodes radicales, elles sont cependant à ne pas prendre à la légère.

Certains médicaments ou des sphincters artificiels peuvent aider à soigner la personne âgée incontinente. Enfin, les protections urinaires se révèlent être plutôt bien adaptées pour pallier à l’incontinence et garder une bonne hygiène de vie. Bien évidemment, elles dépendent du niveau du problème :

  • Incontinence de type légère : fuites occasionnelles par gouttes
  • Incontinence de type moyenne : fuites plus abondantes avec du mal à se retenir d’aller aux toilettes
  • Incontinence de type lourde : troubles urinaires sévères, incontrôlés et plusieurs fois par jour

Niveaux0123
Incontinence urinaire (hors effort)Pas de fuite< 1 fuite /semaineEntre 1 fuite/semaine et 1fuite/jour> 1 fuite/jour

Niveaux validés par l’ANDEM

Il existe d’ailleurs des alèses ou encore des couches absorbantes adaptées aux sous-vêtements, qui assureront confort et maintien en toute discrétion. De nombreuses marques proposent d’ailleurs ces protections dédiées aux personnes atteintes d’incontinence : Tena, Hartmann, Kiétude, Abena, Premia, etc.
L’incontinence est un problème qui touche aujourd’hui bien plus de personnes que l’on pourrait le croire, et qui n’est donc pas à prendre à la légère. Attention : non le vieillissement mais les changements des systèmes urinaires et génitaux avec l’âge peuvent favoriser l’apparition de cette pathologie.

mascot_01_v01L’incontinence urinaire touche :

  • Un tiers des femmes entre 70 et 75 ans
  • Au moins 7 % des hommes de 65 ans
  • Près d’un tiers (28 %) des hommes de plus de 90 ans

Source : Association française d‘urologie